Vendredi 18 juillet 2014

3EME ETAPE : POMPS - SAUVELADE 26 KM

Voulant profiter de la fraîcheur matinale, nous avons fait les bagages à la lampe frontale. En récupérant le sachet dans lequel était emballé le pain, nous nous sommes aperçus qu'un petit visiteur nocturne s'était aventuré sous le lit et avait pris son petit-déjeuner avec un peu d'avance. Nous avions donc l'explication aux agaçants bruits de plastique qui nous ont réveillés à plusieurs reprises.

Sous un ciel laiteux, nous effectuons facilement les premiers kilomètres dans un paysage qui nous rappelle notre région, mis à part les quelques taches jaunes provenant des champs de tournesols.

A l'heure du café - chocolatine, le journal local ouvre une fenêtre sur l'actualité : avion malaisien abattu, guerre en Palestine, accident ferroviaire ... Même privés de télévision et de radio, il est difficile de rester hermétique à ce qui se passe dans le monde.

A la pause de midi, nous sommes rejoints par Pierre-Louis, l'étudiant et nos compagnons de soirée précédente. Comme chaque année, on remarque que l'on côtoie les mêmes personnes et qu'un groupe de connaissances se forme en quelques jours.

Un dernier kilomètre, ponctué d'une montée sur bitume bien corsée et d'une descente qui casse les jambes, nous amène au gîte de l'Abbaye de Sauvelade. Encore une fois, la douche sera un moment de bien-être sans pareil après une journée de moiteur. Le repas sera partagé avec une douzaine de personnes dont une famille qui chemine avec un âne, un couple du Havre qui fait le chemin par étapes comme nous et un belge en burn-out qui cherche à se remettre sur les rails par les bienfaits de la marche. Assis, à la terrasse, nous voyons de gros cumulus s'amonceler, présage de la pluie pour demain ?

 

 

 

« A cette époque, ma quête spirituelle était liée à l’idée qu’il existait des secrets, des chemins mystérieux… Je croyais que ce qui est difficile et compliqué mène toujours à la compréhension du mystère et de la vie… »

Paulo Coelho, le pèlerin de Compostelle