Mercredi 28 juillet 2010
8EME ETAPE : COPPONEX  - CHAUMONT 18  KM
Nous partons de Copponex en longeant la route en direction de Cernex, avec le talus en contrebas, le soleil du matin projette des ombres exagérément longues et, pour qui aurait un peu d’imagination ont y verrait la silhouette d’une girafe avançant à grands pas et de son girafon qui essaye de suivre en faisant le double de pas : cocasse! Alors que nous regagnons les crêtes et marchons côte à côte on aurait plutôt vu un arachnide bicéphale avec huit pattes pas trop articulées. Toute la journée nous allons faire du yo-yo entre 500 et 650 mètres d’altitude; la dénivellation ne parait pas si importante, mais ici point de chemins en lacets, on opte pour la version «la distance la plus courte entre deux points est la ligne droite». Petit problème de la journée, nous n’avons trouvé aucune épicerie depuis Genève : il en résulte un repas de midi quelque peu frugal : quick-soupe au shaker (pas à la petite cuillère) dans le thermos, pain du petit-déjeuner (un peu sec), et farmer pour le dessert. Il faut cependant relativiser car nous n’étions qu’à une bonne heure de notre point de chute : Chaumont. Le repas du soir réservé au restaurant du village devra néanmoins attendre 19h30. Les estomacs vont un peu gargouiller.
De retour du restaurant «Le Pralet», nous ne pouvons que féliciter les initiateurs de la formule «repas du pèlerin»  à 15 Euros dans un établissement de bonne tenue qui offre pour ce prix : salade mêlée, tranche de beuf - gratin, fromages, sorbet framboise, vin, eau et café! Si on en a l’occasion, nous y reviendrons, cette fois pour un menu à la carte.

Chaumont est un village, autrefois bourg muré, situé à l'extrémité orientale de la montagne du Vuache, qui est regardée comme un prolongement du Jura, au delà du Fort-de-l'Ecluse. Il est situé dans une échancrure, d'un accès difficile, et dominé par un ancien château dont il ne reste que quelques vestiges, au dessus de la grande route de Genève à Frangy. Le bourg de Chaumont avait obtenu d'Agnès de Collons et de son fils Guillaume, comte de Genève, des privilèges importants que confirmèrent les ducs de Savoie. Dans les guerres du seizième siècle, le château de Chaumont résista aux efforts des Bernois et des Genevois. Chaumont était l'entrepôt des blés du Bugey qui alimentaient les marchés de Rumilly, d'Annecy et de Genève. Cette commune perdit beaucoup de son importance suite au traité de Turin de 1764, qui détermina de nouvelles limites entre la France et la Savoie. La France, ayant acquis la vallée de Chézery, elle établit un marché de grains à Collonges dans le pays de Gex, pour l'écoulement direct des blés de la Bresse et du Bugey à Genève et dans le pays de Vaud.(http://haute-savoie.ialpes.fr).

 

 

 

« A cette époque, ma quête spirituelle était liée à l’idée qu’il existait des secrets, des chemins mystérieux… Je croyais que ce qui est difficile et compliqué mène toujours à la compréhension du mystère et de la vie… »

Paulo Coelho, le pèlerin de Compostelle